Se lancer dans la location saisonnière ne s’improvise pas. Pour éviter des déconvenues, il vous faudra
être bien informé, préparé et… en règles ! Petit tour d’horizon des indispensables à connaitre avant
de commencer son activité.

Le bien mis en location est-il votre résidence principale ou secondaire ?

Eh oui, juridiquement parlant, cela fait toute la différence ! Selon que vous mettez en location votre
résidence principale ou secondaire, la législation diffère.
Est considérée comme une résidence principale tout logement occupé par ses propriétaires au moins
8 mois par an. En revanche, s’il est occupé moins de 120 jours par an, c’est une résidence secondaire !

De là, pour les villes de Paris, Bordeaux et Nice, il vous faudra vous enregistrer en mairie, même si
vous mettez en location votre résidence principale.
Au delà de 120 jours de location par an, les mêmes modalités s’appliquent dans toutes les villes : il
vous faut vous enregistrer auprès de la mairie dont dépend le bien mis en location. C’est elle qui décidera en suivant si elle autorise ou non l’exploitation du logement en guise de meublé touristique et lui attribuera un changement d’usage. Vous aurez également une obligation de compensation.
Pour faire simple, si vous transformez un studio de 20² en meublé touristique, il vous faut proposer une nouvelle surface d’habitation équivalente au double, soit 40m²…
Si vous souhaitez dédier votre bien à l’année aux locations courte durée, sachez que vous pouvez également en faire la demande en mairie : c’est alors un changement de destination.

Attention, si vous n’êtes pas en règle et n’obtenez pas d’autorisation pour votre bien, vous vous
exposez à une amende de 25 000€ assorti à une astreinte de 1000€ par jour et par m²  et pouvant aller jusqu’à la
régularisation de votre appartement. De quoi bien réfléchir en amont !

Le décret Airbnb, késako ?

Le décret Airbnb est né pour faciliter les contrôles. Il permet aux communes de plus de 200 000
habitants d’obliger les hôtes à s’acquitter d’un numéro d’enregistrement correspondant aux biens
mis en location. Ce numéro doit impérativement être mentionné sur l’annonce et sur toutes les
plateformes. Un numéro = un propriétaire, même s’il possède plusieurs logements sur différentes
plateformes.

Que faut-il déclarer aux impôts ?

Bien évidemment, comme toute activité lucrative, vous devez déclarer vos revenus au fisc.
Désormais, les revenus inhérent à la location meublée saisonnière dépendent des bénéfices industriels et commerciaux. Si vos recettes n’excèdent pas 33100€ par an, le mieux est d’opter pour
le régime « micro-BIC » bénéficiant d’un abattement forfaitaire de 50%.
Toutes les informations ici 
De plus, à partir de 2019, toutes les plateformes en ligne devront communiquer aux autorités fiscales
des informations personnelles tels que les revenus bruts perçus par l’hôte.

De quoi vous inciter à rester en règle, pensez donc bien à régulariser votre situation ! Sinon, pour le
reste, nous sommes là : iZYKEY s’occupe de gérer votre bien et de la remise de vos clés en toute simplicité
à vos invités. Keep cool 🙂